triplex21.jpgtriplex22.jpg

Le vote par internet suspendu pour les législatives de 2017

Matthias FEKL, Secrétaire d’Etat  au Commerce Extérieur, au Tourisme et aux Français de l’étranger, a annoncé le 6 mars dernier, lors de la séance inaugurale de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE), la suspension du vote électronique lors des prochaines élections législatives de 2017, en invoquant la sécurité du vote par internet dans un contexte de cyber terrorisme.

 

Cette affaire est très grave à plus d’un titre puisqu’elle concerne autant la grandeur et les capacités de la France que l’atteinte à la Démocratie et l’égalité des électeurs Français de l’étranger face à la Loi.

En effet, une grande puissance démocratique comme la France vient, par l’intermédiaire de l’un des membres de son gouvernement, d’avouer son incapacité à mettre en place un système informatique assez sûr pour permettre aux français de l’étranger d’exercer leur droit de vote.

De plus, au lieu de reconnaître simplement cette incapacité, le Secrétaire d’Etat a essayé de justifier la décision en invoquant une raison « dans l’air du temps », celle d’une éventuelle cyber-attaque contre le site dédié aux élections.

Disons-le tout de suite, cette justification ne tient pas la route, puisque l’on sait très bien que les deux essais grandeur nature effectués ces derniers mois ont largement démontré l’échec opérationnel du site électoral, la plupart des électeurs potentiels ne parvenant même pas à terminer le processus de vote.

Alors, un peu de franchise n’aurait pas fait de mal, même si je comprends très bien que les responsables du Quai d’Orsay soient dans une situation très désagréable, notamment pour justifier le fait qu’un budget de 2 millions d’euros ait été investi pour monter ce site électoral, pour le résultat que l’on sait aujourd’hui.

Lorsque l’on connaît la place que prennent les problèmes budgétaires dans l’action ou parfois l’inaction des services diplomatiques français dans le monde, ces 2 millions investis pour un tel résultat sont à la limite de constituer un scandale.

Voilà pour la grandeur de la France et son désastre informatique incompatible avec ses valeurs.

Alors, quelles conséquences pour les français de l’étranger ?

Une conséquence très simple : au niveau mondial, ce sont des dizaines de milliers de français qui ne pourront exercer leur droit de vote, malgré les diverses mesures totalement dérisoires proposées pour compenser l’absence de vote électronique, comme l’éventualité d’augmenter le nombre des bureaux de vote ou d’encourager le vote par procuration.

En Israël, les conséquences seront les mêmes, voire plus importantes, en tenant compte du fait que le vote se déroule un dimanche, qui est un jour ouvrable. Ce qui veut dire que les électeurs qui travaillent et comptaient sur le vote électronique pour exercer leur droit de vote, devront trouver une autre solution.

Il est fort à parier que le pourcentage de votants, qui est déjà très mauvais, va pâtir de cette décision. Il me paraît aujourd’hui indispensable de demander aux Autorités Françaises quelles mesures elles comptent prendre pour limiter au maximum les conséquences néfastes de cette décision.

Le droit de vote est un droit inaliénable, il appartient aux Autorités Françaises de faire tout leur possible pour  qu’il soit exercé et préservé.

Attendons les décisions qui seront prises, mais restons vigilants pour défendre ce droit. Affaire à suivre…

Claude LEVY

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com