triplex21.jpgtriplex22.jpg

Communiqué de Daphna Poznanski-Benhamou

Communiqué  de Daphna Poznanski-Benhamou, candidate du Rassemblement aux élections législatives des 4 et 18 juin 2017,dans la 8ème circonscription des Français de l'étranger,sur la condamnation d’Israël par l’organisation mondiale de la santé

On pouvait penser, à l’observation des discours d’Emmanuel Macron, que la France allait retrouver avec son nouveau Président de la République, le chemin de la vérité et s’abstenir de voter systématiquement des résolutions anti-israéliennes à l’incitation de certains pays arabes. En particulier, lorsqu’elles s’appuient sur de faux arguments et des évaluations tronquées.

Force est de constater qu’il n’en est rien. L’Iran, la Syrie, l’Egypte ont eu droit à la parole pour accuser Israël. Israël est une fois de trop la cible. L’Assemblée de l’ONU n’a pas évoqué les hôpitaux syriens bombardés par les aviations syrienne et russe ni les millions de Yéménites qui n’ont pas accès à la nourriture et à l’eau en raison des bombardements et du blocus saoudiens. L’Assemblée de l’ONU s’est abstenue de voter une résolution sur tout autre pays dans le monde. Sur les 24 points inscrits à l’ordre du jour de la réunion, un seul, le point n° 19, vise explicitement un pays spécifique avec une résolution qui accuse Israël de violer les droits de santé des Syriens dans le Golan, alors que les hôpitaux israéliens continuent de soigner les Syriens fuyant les attaques meurtrières du régime Assad. Tous ceux qui sont déjà entrés dans un hôpital israélien ou une clinique connaissent la perversité de ces accusations car des soins de santé de haut niveau sont prodigués à des milliers d’Arabes palestiniens. La résolution appelle à des rapports sur une série de violations israéliennes présumées, y compris sur « l’impact des violations de l’occupation et des droits humains prolongés sur la santé mentale, la santé physique et environnementale dans «le territoire palestinien occupé».

La politique du gouvernement d’Edouard Philippe au Proche-Orient nous engage à douter de la fiabilité de la France au regard d’une position équilibrée sur le conflit israélo-palestinien et compromet à l’évidence clairement toute  possibilité  de s’impliquer dans sa résolution.   

                                                           

Daphna Poznanski-Benhamou

Conseillère à l’Assemblée des Français de  l’Etranger, 

Membre de la Commission des Lois,

Ancienne Vice-présidente de l’Assemblée des Français de l’étranger,

Conseillère consulaire pour la circonscription Tel Aviv-Haïfa 

 

 

 

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com