frarzh-CNendeiwitjakorues

Recevez chaque mois Notre newsletters

Traffic Web

Today46
Yesterday358
This week46
This month1433
Total1433

Visitor Info

  • IP: 18.232.146.10
  • Browser: Unknown
  • Browser Version:
  • Operating System: Unknown

Who Is Online

2
Online

30/11/20

Joe Biden déclaré vainqueur de l’élection présidentielle américaine

D’après les grands médias américains, Joe Biden aurait engrangé 290 grands électeurs, contre 214 à Donald Trump, alors qu’il en fallait 270 pour être élu. Aux Etats-Unis, ce sont les grands médias qui annoncent les résultats et dès qu’ils déclarent qu’un candidat a dépassé le nombre de grands électeurs nécessaires pour être élu, ils le déclarent comme étant le nouveau Président élu des Etats-Unis d’Amérique. Il ne faut pas s’y tromper, même si Donald Trump conteste le résultat dans plusieurs Etats, ses chances de rester à la Maison Blanche après le 20 janvier 2021 sont infimes, voire inexistantes.

Il est encore trop tôt pour analyser les conséquences de cette élection, surtout pour ce qui nous intéresse en Israël car on ne se rend encore pas compte des réelles capacités et de la force de caractère du nouveau Président, de l’influence de sa Vice-Présidente Kamala Harris. De plus, aucun élément ne nous permet aujourd’hui de savoir qui composera la « garde rapprochée » du Président Biden à la Maison Blanche.

Durant le mandat de Trump, ce dernier s’était complètement émancipé de l’influence du parti Républicain, gérant pratiquement seul le pays, mais on peut douter que Joe Biden puisse parvenir au même résultat, sans savoir d’ailleurs si c’est dans ses intentions.

Néanmoins, le camp démocrate s’est uni derrière Biden afin de vaincre Trump et ses diverses composantes vont vouloir être entièrement concernées par les options politiques choisies par Biden.

Les seules décisions qui aujourd’hui semblent actées concernent dès le 20 janvier, la mise en place d’un plan national de lutte contre le coronavirus, le retour dans l’accord de Paris sur le climat et un plan massif de relance de l’économie.

Pour le reste, nous avons entendu Joe Biden qui, durant la campagne électorale, a indiqué qu’il ne reviendrait pas sur la décision d’ouvrir l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. Par contre, certains responsables de sa campagne ont émis des doutes quant aux différents contrats d’armements sophistiqués aux Emirats Arabes Unis, comme les avions F-35 ou les drones et bombes de précision, ce qui pourrait également remettre en cause l’accord de maintien de la supériorité militaire israélienne dans la région qui comprend de nouveaux avions F-35, des chasseurs F-22 des hélicoptères V-22 et des bombes anti-Bunker pour Israël.

Mais la crainte d’Israël vient surtout du fait que Biden pourrait revenir sur la politique de Trump vis-à-vis de l’Iran. Un retour des américains dans l’accord de Genève et une levée des sanctions américaines contre l’Iran mettraient à bas des années d’efforts afin d’affaiblir la République Islamique d’Iran.

Les conséquences pourraient également être graves pour les pays du Golfe, qui pourraient de nouveau s’estimer être abandonné par l’allié américain face à l’ennemi iranien. Dans ce cas de figure, ces pays pourraient peut-être se rapprocher encore plus d’Israël dernier et « seul allié potentiel crédible » pour barrer la route à Téhéran.

Les discussions entre Israël et la nouvelle administration américaine vont être intenses avec comme toile de fond d’empêcher Biden, ami d’Israël, de revenir à la politique d’Obama dans la région…

 

Israel-Francophone.com