triplex21.jpgtriplex22.jpg

UNESCO : attention un comité peut en cacher un autre…

Moins d’une semaine après le vote par le Comité Exécutif de l’UNESCO, d’une résolution niant les liens de toute autre religion que l’islam avec le Mont du Temple, un autre comité de l’organisation, le Comité du Patrimoine Mondial va lui aussi voter une résolution qui, encore une fois, ne mentionnera pas les liens entre les juifs et les Chrétiens avec le Mont du Temple. Comme quoi, à l’UNESCO, un Comité peut en cacher un autre…

Selon les textes de l’UNESCO, «  le Comité du Patrimoine Mondial est responsable de la mise en œuvre de la Convention du Patrimoine Mondial, détermine l’utilisation des Fonds du patrimoine mondial et alloue l’assistance financière suite aux demandes des Etats parties. C’est à lui de décider si un site est accepté pour inscription sur la liste du patrimoine mondial.  Il examine les rapports sur l’état de conservation des sites inscrits et demande aux Etats parties de prendre des mesures lorsque les sites ne sont pas correctement gérés. Il décide également de l’inscription des sites sur la Liste du patrimoine mondial en péril et de leur retrait de cette liste ».

Ces 21 Etats membres devraient voter mercredi prochain une résolution intitulée « La vieille ville de Jérusalem et ses murs ». Or, comme cela a été le cas pour la récente résolution votée par le Comité Exécutif de l’UNESCO, ce projet de texte ne reconnaît qu’un seul lien religieux avec le lieu Saint du Mont du Temple, qui est défini par l’expression suivante : « Le lieu saint d’adoration musulman ».

Pire encore, pour que certains Etats Occidentaux puissent s’abstenir lors du vote de la résolution au Comité Exécutif de l’organisation internationale, une formule avait été introduite dans le texte, qui mentionnait « l’importance de la vieille ville de Jérusalem pour les trois religions monothéistes ». Or cette formule n’existe pas dans le projet de résolution déposé par le Comité du Patrimoine mondial.

Le représentant israélien à l’UNESCO,  Carmel Shama-Hacohen, tente de rester optimiste  et continue de négocier pour que les trois pays soutenant la résolution, le Koweit, le Liban et la Tunisie, acceptent  d’introduire cette même formule dans la résolution.

Il souligne également que ce projet de résolution ne parle pas de « puissance occupante » quand il cite Israël, que les guillemets malencontreux qui encadraient l’expression « Mur des Lamentations » ne sont pas non plus repris dans ce projet.

Mais il promet également que le mouvement de protestation de certains pays, contre les résolutions de cette nature, fustigeant l’Etat d’Israël et niant des évidences, pourrait se développer, afin de contrecarrer ce qu’il appelle « le Djihad diplomatique organisé par les palestiniens contre les autres religions ».

L’avenir nous dira s’il a raison d’y croire…

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com