triplex21.jpgtriplex22.jpg

La France a déjà évolué, mais ils ne s’en aperçoivent pas encore…

Pas une seconde de répit pour Emmanuel Macron, le vainqueur de l’élection présidentielle avec 66,1%, face à Marine Le Pen avec 33,9%, puisqu’il a suffi de quelques minutes pour que les adversaires du Président élu ne retrouvent leurs pires réflexes de politicards aguerris. Aucune pudeur, aucune trêve pour la soirée électorale pour ces professionnels de la politique qui ne pensent qu’à une seule chose : leur propre avenir tout en étant pratiquement indifférent à l’avenir de la France.

C’est comme cela que l’on s’aperçoit que le soir de l’élection d’un nouveau président de la République, ses opposants ne s’occupent déjà plus de lui, mais se projettent immédiatement dans les législatives, avec comme seule idée, leur victoire revancharde, qui empêchera le nouveau président  de gouverner et d’appliquer son programme.

En faisant cela, les Mélanchon, Le Pen, Jacob font la preuve qu’ils n’ont rien compris au tsunami qui vient de ravager le monde politique français bien installé dans son train-train habituel d’alternance entre la gauche et la droite. 

Un nouveau président n’appartenant à aucun parti politique en place a été élu sur la base des propositions de rassemblement des français, de changement des pratiques gérant le fonctionnement du vieux monde politique et d’un renouvellement profond de son personnel politique. Par sa campagne et par son élection, il a bousculé et bousculera tous les repères de ce monde encrouté dans ses vieilles et désuètes habitudes.

Son élection provoquera un changement complet dans les pratiques politiques du pays et à cela, personne ne s’était préparé. Alors, il y a ceux qui vont vite comprendre cette évolution inexorable, cette déchéance des partis politiques traditionnels, et ceux qui vont s’arc-bouter à leurs vieilles habitudes car ils seront dépassés et ne pourront s’intégrer à cette évolution.

Ces derniers se lancent alors dans une opération mensongère et désespérée, celle d’affirmer qu’il existe une dernière alternative pour « sauver la France » du désastre à venir que serait la possibilité d’un Président élu de pouvoir appliquer son programme.

Cette dernière chance consisterait à priver le président élu, à l’occasion des élections législatives, d’une majorité lui permettant de gouverner. Et ils se basent pour cela sur les chiffres du premier tour de la présidentielle qui démontreraient qu’il est possible de battre Macron lors des législatives.

Ces hommes politiques ajoutent à leur échec personnel et collectif, une interprétation qu’ils savent erronée et qui serait que les élections législatives serviraient à établir un contre-pouvoir au nouveau président élu.

Le fonctionnement des actuelles institutions françaises est tout au contraire tourné vers le fait que les élections législatives ont été placées après l’élection présidentielle afin de donner au nouveau président les moyens de gouverner. Et prétendre que les législatives aboutiront au résultat contraire reviendrait à dire qu’il s’agirait alors d’un troisième tour de la présidentielle.

Or, ce sont des élections avec des règles différentes. On peut, comme le Front National, parvenir au second tour de la présidentielle avec  34% des voix et terminer les législatives avec un ou deux députés ou comme Mélanchon, partir avec 20% des électeurs et ne totaliser qu’une poignée de députés, faute d’accord avec d’autres formations politiques.

Et c’est là l’avantage du nouveau président, élu pour rassembler au-delà, bien au-delà des clivages anciens de la France.

Les français vont vite comprendre qu’il y a une réelle dynamique présidentielle, efficace et intraitable, que les idées et le style d’Emmanuel Macron ne feront qu’amplifier et qui lui donneront une majorité présidentielle pour gouverner.

Dernier point enfin, l’élection d’Emmanuel Macron a permis le retour de la voix de la France sur la scène mondiale, que le nouveau président devra confirmer par ses initiatives et ses idées originales.

La jeunesse, la détermination, le style atypique du nouveau président ont trouvé un écho sur la scène mondiale et ont suscité un réel intérêt, parfois une réelle interrogation sur la nouvelle image de la France.

Ce point n’est pas non plus négligeable pour la réussite future de la France, une France ancrée dans les instances internationales, qui a balayé les velléités de repli sur soi-même.

Tous ces ringards grincheux de la politique devraient comprendre bien vite que la France a déjà changé et que les Français ont décidé de passer à autre chose.

Qu’ils se mettent à la page, et vite…

Claude LEVY

 

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com