frarzh-CNendeiwitjakorues

Recevez chaque mois Notre newsletters

Traffic Web

Today36
Yesterday358
This week36
This month1423
Total1423

Visitor Info

  • IP: 18.232.146.10
  • Browser: Unknown
  • Browser Version:
  • Operating System: Unknown

Who Is Online

2
Online

30/11/20

Nice : nouvel attentat islamiste en France visant des catholiques

Un terroriste armé d’un couteau s’est introduit ce matin vers 9h00 dans la basilique Notre Dame de l'Assomption à Nice, attaquant au hasard les fidèles présents dans l’église. Le bilan est lourd et s’élève à trois morts, deux femmes et le sacristain de la basilique. Rapidement alertés par des fidèles, des policiers municipaux sont entrés dans l’édifice religieux et ont neutralisé le terroriste. Ce dernier, inconnu des services de police est un ressortissant tunisien arrivé clandestinement en France au début du mois d’octobre.

Ce matin, c’est de nouveau l’effroi qui a frappé la ville de Nice, plusieurs fois touchée déjà par des attentats islamistes ces dernières années. Cette fois-ci, le terroriste s’est attaqué à des fidèles présents dans une église du centre-ville. Une femme a été pratiquement égorgée, le sacristain tué après avoir été poignardé plusieurs fois, alors qu’une autre femme blessée a réussi à s’enfuir jusqu’au café voisin pour finalement succomber à ses blessures.

Les policiers municipaux arrivés rapidement sur les lieux ont réussi à neutraliser le terroriste, blessé grièvement par les tirs des agents.

Immédiatement, une cellule de crise a été ouverte au ministère de l’Intérieur par Gérald Darmanin, bien vite rejoint par Le Premier Ministre Jean Castex qui prononçait un discours à l’assemblée nationale lorsqu’il a été informé de l’attentat. Quelques minutes plus tard, c’est Emmanuel Macron qui arrivait Place Beauvau.

Le Président français se rendait ensuite à Nice où il a rencontré le maire Christian Estrosi et le député Eric Ciotti, ains que toutes les forces de sécurité qui sont intervenues sur le lieu de l’attentat.

Dans une courte déclaration, Emmanuel Macron dénonçait une nouvelle fois un attentat islamiste qui avait pris cette fois pour cible des catholiques. Pour lui, « c’est la France qui est attaquée et j'appelle à l'unité de tous ». Mais toujours déterminé il ajoutait: "Nous ne cèderons rien". Quelques minutes plus tard, le Premier Ministre annonçait que le niveau d’alerte plan vigipirate était relevé au maximum, mobilisant ainsi 7000 militaires qui protégeront tous les édifices religieux et cimetières durant les fêtes de la Toussaint.

Plus tard dans la matinée, on apprenait qu’une attaque avait eu lieu contre de le consulat de France de Djeddah, en Arabie Saoudite, où un agent de sécurité a été blessé, alors qu’à Lyon, un Afghan venait d’être arrêté porteur d’un couteau…

Le terroriste de Nice est un migrant de 21 ans, originaire de Tunisie, est arrivé sur l’île de Lampedusa à la fin du mois de septembre. Il semble être entré en France clandestinement. Dans l’église, les enquêteurs ont retrouvé le sac du terroriste qui contenait un Coran, deux autres couteaux et deux téléphones portables.

Après son interpellation et alors qu’il était soigné sur place, le terroriste a plusieurs fois hurlé « Allah Achbach »....

L'équipe de football de l'Hapoël Beer Sheva qui devait jouer le soir même un match de la Ligue Europa contre Nice était hébergé dans un hôtel à moins d'un kilomètre du lieu de l'attentat. Ses responsables ont demandé un renforcement du service de sécurité les encadrant. Le match a finalement bien eu lieu le soir-même, comme prévu.

Toutes les églises de France ont sonné le glas à 15h00 précises, en signe de solidarité.

 

Israel-Francophone.com