frarzh-CNendeiwitjakorues

Recevez chaque mois Notre newsletters

Traffic Web

Today98
Yesterday244
This week342
This month342
Total342

Visitor Info

  • IP: 3.219.31.204
  • Browser: Unknown
  • Browser Version:
  • Operating System: Unknown

Who Is Online

1
Online

27/11/20

Ouverture de la session d’hiver de la Knesset : motion de censure contre le Premier Ministre

Le premier acte fort de la session d’hiver de la Knesset qui s’est ouverte hier démontre qu’en ces temps de crise sanitaire aigüe l’atmosphère politique est bien loin de l’union nationale contre le virus. Dès l’ouverture de la session, le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, a déposé une motion de censure contre le Premier Ministre qui, fait inhabituel, a été soutenue par Yamina, le parti de Naftali Bennett.

Ce premier jour et ce premier vote de la Knesset sont tout à fait symboliques des préoccupations actuelles des députés et du monde politique israélien. D’abord la politique politicienne et ensuite le reste. En ce sens, c’est Netanyahou qui a gagné, déjà en réussissant, grâce à l’appui de Gantz, il y a quelques mois à se maintenir à la tête de l’Etat et maintenant en continuant à se maintenir coûte que coûte à son poste de premier ministre en divisant pour mieux régner et en occupant le terrain sans rien proposer pour le pays. En fait, tout tourne autour de la question, Netanyahou se maintient-il ou sera-t-il renversé ?

Le budget de l’Etat, la lutte contre le virus, le sauvetage de l’économie, les mesures de soutien aux chômeurs, petites entreprises, au secteur du tourisme etc. ne sont pour ce gouvernement que des questions subsidiaires.

Yaïr Lapid avait raison sur un point, si on suivait sa logique qu’on ne peut aujourd’hui obliger Netanyahou de s’occuper des problèmes du pays et non de ses intérêts personnels, c’est qu’il était possible par un vote majoritaire à la Knesset de renverser le gouvernement et de remplacer le Premier Ministre.

Mais apparemment, ce temps n’est pas venu pour tout le monde. Il est venu pour Lapid si c’est lui qui devient Premier Ministre, mais il ne sera venu pour Gantz ou Bennett qui quand ce sera eux qui pourront prendre la place… Autrement dit, ce n’est pas demain la veille.

La stratégie de division de Netanyahou fonctionne donc encore très bien et il n’a guère de soucis à se faire, tant que ses opposants actuels et ses opposants potentiels ne se mettront pas d’accord au nom de l’intérêt du pays.

Si Bennett, Lieberman, Lapid, Gantz, Amir Perets et Merets se mettaient d’abord d’accord et contactaient certains membres du Likoud dans le seul but de former un véritable gouvernement d’union nationale, ce gouvernement tomberait en cinq minutes. Mais apparemment, ces dirigeants politiques ne sont pas encore allés au bout de leur éventuel raisonnement.

La seule question, prioritaire et au-dessus de toutes les autres est la suivante : Faut-il coûte que coûte remplacer Benyamin Netanyahou pour le bien du pays et laisser les egos de côté pour le remplacer ?

Tant qu’ils ne trouveront pas de réponse à cette question, Netanyahou mènera la danse et aura encore de beaux jours devant lui…

Ah, j’oubliais, la motion de censure a été largement repoussée ! Encore un coup pour rien…

 

Israel-Francophone.com