triplex21.jpgtriplex22.jpg

L’enquête sur l’attentat de Beit El commis par un policier de l’AP avance

L’attentat de Beit El a été perpétré le lundi 31 octobre en début de soirée par un policier de l’Autorité Palestinienne avec son arme de service, une Kalashnikov. Il a blessé trois soldats israéliens, dont un grièvement, avant d’être tué par la riposte des militaires présents à ce barrage « Focus » situé près de la ville de Ramallah. Deux jours plus tard, l’enquête a progressé et de nouveaux détails ont été révélés.

Tout d’abord, précisons que l’état de santé du soldat blessé grièvement s’est amélioré, alors que les deux autres, blessés légèrement par des éclats n’ont été que légèrement atteints par des éclats, selon les médecins.

Le terroriste, Mohammad Turkman, âgé de 25 ans, est originaire du village de Qabatiya, près de Jénine. Ses parents, chez qui apparemment il habitait, ont déclaré sur le site d’informations palestinien Quds Net, que leur maison avait été perquisitionnée par des policiers palestiniens quelques heures avant l’attentat. Ces derniers ont confisqué toutes les armes et munitions illégales trouvées dans la maison.

Il n’est pas encore possible de savoir si cette opération de la police palestinienne avait été réalisée afin de prévenir un éventuel attentat. De même, il est fort possible que cette perquisition ait poussé le terroriste palestinien  à agir prématurément, se sachant découvert, puisque son père a déclaré aux médias que sa femme avait appelé son fils pour l’informer qu’une perquisition avait eu lieu.

Le terroriste était l’un des gardes affecté à la sécurité du Parlement palestinien. Le jour de l’attentat, il n’aurait pas rendu son arme de service et s’en est servi pour commettre l’attentat.

Le porte-parole des services de sécurité palestiniens a indiqué que Tsahal menait sa propre enquête indépendante. Il a déclaré que les attentats commis par des membres des forces de sécurité palestiniennes étaient rares et qu’ils étaient le fait de décisions individuelles.

La famille Turkman a des antécédents en matière de terrorisme, puisque le frère de Mohammed, Rabia, était membre des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, la branche armée du Fatah. Il a été tué au cours d’affrontements avec l’armée israélienne en 2011 à Ramallah.

Côté palestinien les réactions sont habituelles, comme après chaque attentat. Ainsi, le Fatah « pleure son martyr héroïque », alors que le Hamas a « salué » cette attaque en appelant tous les membres des forces de sécurité de l’AP à perpétrer d’autres attentats.

Tsahal a révoqué tous les permis de travail possédés par la famille Turkman, alors qu’un autre fils de la famille, Muhannad, âgé de 23 ans, a été arrêté par les services de sécurité.  Durant cette arrestation, des affrontements ont éclaté entre les soldats et des palestiniens du village de Qabatiya, qui ont lancé des cocktails molotov sur les forces de sécurité.

Ces affrontements qualifiés de « mineurs » ont été sans conséquences, aucun blessé n’étant à signaler parmi les forces de sécurité israéliennes.

 

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com