triplex21.jpgtriplex22.jpg

Equivalence des permis de conduire : en dépit des déclarations optimistes d’Israël Katz, ministre des Transports, il faudra encore être patient.

Au mois de décembre dernier et en ce début d’année civile, des personnalités se sont laissé aller à des promesses insuffisamment fondées. Ainsi en est-il du permis de conduire. Vous êtes nombreux à devoir repasser sur les bancs de l’école de conduite après seulement un an de circulation dans les paysages d’Israël. Passée cette limite, il faut injustement refaire ses preuves.

 

Alors ne vous avisez pas de circuler avec le seul document français, vous seriez en totale illégalité. La police israélienne ne vous fera pas de quartier, même si une bonne âme pressée de gagner vos cœurs vous a annoncé le contraire. Depuis des années, certaines associations qui oeuvrent au plus près du terrain, comme l’ADFI ou AMI, ont dénoncé cet état de fait auprès des Autorités israéliennes, et notamment auprès du ministère de l’Intégration. Elles ont fini par être entendues car les Autorités israéliennes ont entamé le processus juridique nécessaire au ministère des Transports. Cependant, au moment où j’écris ces lignes, il ne semble pas que le processus ait déjà été entièrement finalisé. Le ministère israélien des Transports a souhaité s’accorder un temps pour tenter d’obtenir la signature d’un accord de réciprocité avec la France. Le 27 décembre dernier, de passage à Netanya, Israel Katz, le ministre israélien des Transports, a assuré devant un public français conquis, qu’il serait en France fin janvier et qu’il signerait très probablement ce fameux accord de réciprocité. Gardons-nous de célébrer hâtivement un résultat qui n’existe pas encore au moment où j’écris ces lignes. Notre espoir n’est pas pour autant entamé. Toutefois, j’ai vérifié auprès d’Hélène Le Gall, l’Ambassadrice de France en Israël, pour avoir sa confirmation. Il en ressort que la France, qui a signé ces dernières années de nombreux accords de réciprocité, souhaiterait au contraire revenir sur cette politique. Toutefois, Madame Aliza Bin Noun, l’Ambassadrice d’Israël en France, pousse le projet. En conséquence, la mauvaise nouvelle, c’est que ce n’est pas pour tout de suite, et la bonne, c’est que ça pourrait être pour 2017.

Chers Français d’Israël, encore un peu de patience.

Daphna POZNANSKI-BENHAMOU

Conseillère à l’Assemblée des Français de l’étranger

Voir son blog : https://daphnapoznanski.blogspot.co.il//

 

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com