triplex21.jpgtriplex22.jpg

La fête de la sortie d’Egypte est passée sans que les derniers juifs d’Ethiopie ne puissent rejoindre Israël

Il s’agit de l’un des pires scandales des derniers gouvernements de Benyamin Netanyahou, qui semble prendre un malin plaisir à faire durer les souffrances des derniers juifs d’Ethiopie non autorisés à faire leur alyah, ainsi que de leurs familles déjà installées en Israël qui les attendent depuis plus de 15 ans et ne demandent qu’une chose : « Laissez venir notre peuple ».

L’histoire est peu banale, mais le « Grand pays qu’est Israël », comme l’aime à le souligner son Premier Ministre en place, laisse croupir en Ethiopie des milliers de juifs, qui sont connus de l’Agence Juive comme étant candidats à l’alyah, qui ont pour la plupart de la famille en Israël, dont la Knesset a adopté après un combat épique, d’approuver le programme d’alyah qui ne peut être appliqué en raison de tracasseries administratives futiles, notamment du ministère de l’Intérieur.

Quel prétexte est avancé par le ministère de l’Intérieur israélien pour ne pas mettre en pratique la décision gouvernementale ? Le « Grand Etat d’Israël » ne trouve pas de bureaux pour accueillir ses représentants à Gondar, où 9000 juifs d’Ethiopie attendent le bon vouloir du gouvernement d’Israël.

Accusations de députés israéliens

Les députés Elie Elalouf, du parti Koulanou, David Amsellem  et Avraham Neguise du Likoud, reprochent aux représentants du ministère de l’Intérieur de créer sciemment des obstacles pour interrompre l’alyah des juifs d’Ethiopie.

C’est en août 2016 que les deux députés du Likoud, après un an d’épiques négociations avec le gouvernement, ont arraché un accord et fait débloquer un budget par le ministère des Finances, permettant ainsi le financement de l’alyah de 1300 juifs d’Ethiopie. Ces deux députés avaient dû se retirer des votes à la Knesset pour mettre en difficulté la coalition gouvernementale, à l’époque avec 61 députés, et obtenir ainsi gain de cause.

Mais un accord arraché à Bibi, on le sait, a toujours des conséquences pour l’adepte de la théorie qu’une vengeance est un plat qui se mange froid. D’autant plus qu’une fois sa coalition élargie, et la menace des deux députés de ne pas se joindre à la coalition pour les votes de la Knesset levée, plus rien n’empêchait le gouvernement de saboter l’accord conclu.

C’est ainsi que seuls 63 juifs éthiopiens sur 1300 autorisés sont arrivés en Israël en octobre dernier.

Et puis ? Et puis rien. Pas d’autres vols en vue.

David Amsellem, le député du Likoud n’a pu se retenir de laisser éclater sa colère face à Amos Arbel, directeur du bureau chargé des populations de l’immigration et des frontières au ministère de l’Intérieur, en évoquant en ces termes les moyens réellement mis en œuvre pour les approbations d’immigration en Israël des dossiers éthiopiens : « Vous agissez comme si vous étiez en train de charger un camion de pommes de terre et non comme si vous gériez des gens qui sont en train de mourir parce qu’ils manquent de soins médicaux ».

Or, la situation des derniers juifs d’Ethiopie est catastrophique. Suite à un imbroglio juridique et administratif sans fin, qui dure depuis des années, les juifs arrivés à Gondar et à Addis Abeba il y a 15 ou 20 ans, et qui pensait immigrer en Israël à court terme, se sont retrouvés bloqués et n’ont pas voulu investir dans des commerces ou autres activités. Ils se trouvent donc dans une situation de précarité extrême.

Et que fait le gouvernement ? Il ralentit les procédures par des demandes de papiers supplémentaires  que personne ne peut plus satisfaire aujourd’hui.

Des enfants, de nombreux enfants, souffrent de malnutrition et même les aides de l’Agence Juive concernant un programme de nutrition des enfants, n’ont pas été rétablies. En effet, elles avaient été supprimées en août 1993, lorsque le gouvernement israélien avait annoncé la fin de l’alyah éthiopienne…

OU ETES-VOUS MONSIEUR NETANYAHOU ?

Il est temps d’apostropher notre premier ministre et de lui demander de s’expliquer, lui qui est si prompt à s’émouvoir (et il a raison) du bombardement à l’arme chimique qui a provoqué la mort atroce de si nombreuses personnes et enfants en Syrie, qui est prêt à faire soigner ces enfants en Israël, comme sont soignés des milliers de syriens depuis cinq ans (et il a encore raison).

Alors ? A quand le rapatriement des derniers juifs d’Ethiopie Monsieur Netanyahou ?

A quand les mesures d’urgence pour améliorer leur situation en attendant leur alyah ?

A quand l’installation d’un hôpital de campagne, dont Israël s’enorgueillit d’en déployer de si efficace à chaque catastrophe naturelle, partout dans le monde.

Des juifs meurent sous nos yeux en Ethiopie et l’Etat d’Israël ne lève pas le petit doigt !

Pourtant Monsieur le premier ministre vous êtes toujours là sous les lumières des médias pour nous rappeler qu’aucun juif aujourd’hui de par le monde ne peut être laissé à l’abandon, car aujourd’hui ils ont un Etat.

Alors, OU EST CET ETAT POUR LES JUIFS D’ETHIOPIE EN DANGER EXTREME POUR LEUR VIE ?

Laissez de côté vos petits problèmes politiques mesquins, des juifs en danger de mort, des enfants juifs mal nourris, maigres et ayant fin ont besoin de vous et de vous seul, Monsieur Netanyahou.

Le peuple juif est sorti d’Egypte par miracle il y a des milliers d’années.

Les derniers représentants du peuple juif d’Ethiopie n’ont même pas besoin d’un miracle pour sortir d’Ethiopie. Ils ont simplement besoin de l’ordre du premier ministre de l’Etat d’Israël, leur pays, celui de tous les juifs de par le monde, de venir les chercher pour les ramener CHEZ EUX, EN ERETS ISRAËL.

NE LES PRIVEZ PAS DE CE DROIT, MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE !!!

Claude LEVY

Cet article a été écrit sur la base d’un article publié par le site The Times of Israel que je vous invite fortement à consulter à l’adresse suivante :

http://fr.timesofisrael.com/laissez-venir-les-notres-plaident-les-juifs-ethiopiens-alors-que-limmigration-est-en-panne/

 

 

 

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com