triplex21.jpgtriplex22.jpg

L’Allemagne confirme la vente de trois sous-marins supplémentaires à Israël

Malgré les différentes polémiques engendrées en Israël par ce  nouveau contrat d’achat de trois nouveaux sous-marins de la classe Dolphin, le Conseil de sécurité national d’Allemagne vient de confirmer l’accord de vente  d’un montant évalué à 1,3 milliard de dollars. Une enquête portant sur des soupçons de corruption  impliquant le Premier ministre Benyamin Netanyahou est actuellement en cours sur ce dossier.

Ces sous-marins, comme les précédents déjà livrés à la Marine israélienne, auront la capacité de lancer des missiles équipés d’ogives nucléaires. La Marine israélienne dispose actuellement de 5 sous-marins de ce type en service. Le sixième, concernant un contrat antécédent, doit être livré dans quelques mois.

Les trois nouveaux sous-marins concernés par ce nouveau contrat viendront, au fur et à mesure des livraisons, remplacer les plus anciens actuellement en service.

Sur le plan stratégique, ces sous-marins seront destinés à servir de seconde frappe en matière nucléaire, bien que l’Etat d’Israël n’ait jamais reconnu disposer de l’arme nucléaire. Ainsi, en cas d’attaque nucléaire contre Israël, l’agresseur sait qu’il pourra être exposé à une réplique du même type, même si les installations militaires terrestres israéliennes ont été détruites.

Il est à noter qu’Israël et l’Allemagne mènent sur ce dossier deux enquêtes indépendantes. Or, si des faits supposés de corruption sont avérés, le Conseil national de sécurité allemand a prévu la possibilité d’annuler l’accord.

Sur quoi porte cette enquête ? Il s’agit de vérifier si l’avocat personnel de Benyamin Netanyahou, qui a négocié des accords d’un montant de plusieurs milliards de dollars pour la société de construction navale allemande Thyssen Krupp qu’il représente en Israël, n’a pas influencé le Premier ministre israélien pour qu’il signe cette commande de trois sous-marins à la même société.

De plus, à l’époque où cette décision a été prise, le ministre de la Défense israélien en poste, Moshe Yaalon, s’était opposé à cette transaction, estimant que la Marine israélienne n’avait pas besoin de disposer de six sous-marins de ce type. Durant son témoignage dans le cadre de l’enquête contre le Premier ministre, Moshe Yaalon a indiqué que les responsables militaires ont été écartés des négociations et n’ont pas eu leur mot à dire dans la décision…

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com