triplex21.jpgtriplex22.jpg

Trois israéliens tués par un terroriste palestinien à Halamish

L’attentat s’est produit vendredi soir, durant le repas du Chabbat, lorsqu’un terroriste palestinien de 19 ans, qui a réussi à s’introduire  dans une maison de la localité de Halamish pour poignarder quatre des dix personnes présentes et en tuer trois avant d’être neutralisé. Le Hamas auquel est affilié le terroriste, a salué « un acte héroïque », alors qu’à Gaza une foule en liesse a accueilli l’attentat.

 

C’est vers 21h30, vendredi  soir, qu’un terroriste palestinien affilié au Hamas, a réussi à s’introduire dans l’implantation de Halamish, à s’approcher d’une maison et à y pénétrer en brisant une vitre. A l’intérieur, une famille d’une dizaine de personnes qui était attablée pour le traditionnel repas du chabbat et a été surprise par l’intrusion du terroriste.

Celui-ci, a commencé à poignarder  tous azimuts. Les grands-parents, leur fils et leur fille ont lutté contre le terroriste, tandis que la belle-fille se réfugiait dans une pièce avec les petits-enfants et alertait les secours et les voisins.

Un soldat en permission, qui se trouvait dans l’une des maisons proches, a entendu les cris et s’est précipité vers le lieu de l’attentat, muni de son arme. Il a réussi à atteindre le terroriste et arrêter sa folie meurtrière, en tirant depuis l’extérieur de la maison à travers une fenêtre.

D’après les premiers éléments de l’enquête il s’est passé une heure et quarante minutes entre le moment où le terroriste a annoncé son intention de perpétrer un attentat sur les réseaux sociaux et le moment où il a été neutralisé. Il a quitté son village de Kubar, près de Ramallah, portant un sac contenant un Coran et une bouteille d’eau et muni d’un couteau  pour parcourir à pied les 2,5 kilomètres qui le séparaient de l’implantation de Halamish.

Arrivé sur place, il a franchi la barrière de sécurité de l’implantation et s’est aspergé avec la bouteille d’eau, ce qui est un signe religieux indiquant qu’il pensait ne pas sortir vivant de l’attentat  qu’il allait perpétrer.

Puis il s’est dirigé vers la dernière maison de la rue et s’y est introduit en brisant une vitre. Il aurait agi seul.

La question que Tsahal doit vérifier, selon le communiqué de son porte-parole est celle de savoir ce qui a été entrepris par la garde civile chargée de la protection de l’implantation, qui aurait dû repérer l’intrusion du terroriste grâce aux capteurs électroniques dont sont munies les barrières de sécurité.

Les trois personnes tuées sont le grand-père, son fils et sa fille. La grand-mère est grièvement blessée et elle est actuellement soignée à l’hôpital Shaare Tsedek à Jérusalem.

En Israël, et notamment à Tsahal, on fait porter la responsabilité de cet attentat sur l’Autorité Palestinienne et son incitation à la haine d’Israël, tout en glorifiant les terroristes. Mahmoud Abbas, qui avait déclaré peu avant l’attentat que l’Autorité Palestinienne rompait tous les contacts avec Israël, n’a toujours pas condamné l’attentat.

Le Hamas a quant à lui déclaré que l’attentat était une réponse aux « attaques d’Israël contre les droits du peuple palestinien à Jérusalem et contre la mosquée Al-Aqsa ».

L’armée a bouclé le village dont le terroriste est originaire, a investi sa maison, l’a fouillé et en a pris les mesures à des fins de destruction, comme l’a indiqué le ministre de la Défense, Avigdor Liberman.

 

 

 

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com