triplex21.jpgtriplex22.jpg

Les masques tombent : Israël retire les portiques et le WAQF poursuit le boycott

Le gouvernement israélien s’est rangé à l’avis des principaux organismes de sécurité israéliens qui demandaient le démantèlement des portiques de sécurité installés à l’entrée du Mont du Temple afin de tenter de désamorcer la montée de la tension à Jérusalem et la crise qui montait avec les pays arabes modérés. Le WAQF, quant à lui, ne lèvera pas son appel au boycott de la mosquée Al-Aqsa, démontrant par-là que les portiques de sécurité n’étaient qu’un prétexte pour attiser le conflit sur Jérusalem.

Des mosquées soi-disant menacées de destruction par lsraël selon le mouvement islamique du nord d’Israël, c’est le leitmotiv qui anime d’abord la population arabe d’Oum el Fahd, haranguée en permanence par le cheikh Raed Salah, puis qui se répand parmi tous les fanatiques musulmans et devient même un argument de lutte de l’Autorité Palestinienne qui impose cette réalité mensongère  à coups de résolutions révisionnistes votées dans toutes les organisations internationales.

Dans le même temps, et pour atteindre le même objectif d’imposer au monde la fausse réalité que le Mont du Temple est un site religieux exclusivement musulman, le WAQF procède à des fouilles illégales et détruit tout signe de présence juive sur ce site. Pour parfaire cette stratégie, les palestiniens font condamner, notamment à l’UNESCO, toutes les fouilles entreprises par les archéologues israéliens qui confirment jour après jour, découverte après découverte, la présence juive et l’existence des deux Temples, bien avant la construction des mosquées.

Mais le mensonge ne s’arrête pas au Mont du Temple et l’Autorité Palestinienne entraîne les palestiniens vers une falsification de l’histoire en faisant déclarer par l’UNESCO que toute la vielle ville de Jérusalem est musulmane, que la ville de Hébron et le tombeau des Patriarches appartient au patrimoine palestinien menacé.

A force de résolutions révisionnistes  les pays arabes et l’Autorité Palestinienne finissent elle-même par croire à leurs mensonges et sont persuadés d’être dans leur bon droit.

De plus, les autorités du WAQF profitent de la liberté complète de gestion des lieux que leur accordent les autorités israéliennes pour organiser et/ou laisser faire des activités hostiles à Israël et aux juifs, sous le prétexte d’un statu quo à respecter et faire respecter de façon unilatérale par Israël et par les juifs.

Peut-on rappeler que les donneurs de leçons d’aujourd’hui, sont les mêmes représentants qui ont refusé l’accès du Kotel aux juifs entre 1948 et 1967, montrant ainsi leur grande tolérance vis-à-vis de la pratique du culte pour les pratiquants d’autres religions.

Qu’aurait-on dit si Israël, après la guerre des six jours, avait appliqué la même politique à l’égard des musulmans en leur interdisant l’accès au Mont du Temple ?

Et puis ce qui devait arriver arriva, en ce 14 juillet 2017. Trois arabes israéliens originaires de la ville d’Umm el Fahd, fanatisés par les théories du Cheikh Raed, sont passés à l’acte pour « défendre la mosquée Al-Aqsa ». La défendre contre quoi ? Eux seuls le savent !

Quoi de plus naturel alors de s’attaquer aux policiers israéliens en faction à la Porte des Lions qui représentaient la grande menace. Quoi de plus naturel que de les assassiner lâchement en leur tirant dans le dos afin d’éliminer la menace. 

L’enquête a ensuite largement démontré que les terroristes avaient réceptionné leurs armes dans l’une des mosquées situées sur le Mont du Temple, les vidéos des caméras de surveillance l’ayant révélé de façon totalement irréfutable.

Alors oui, le danger ne vient pas des intentions que les fanatiques musulmans et l’Autorité Palestinienne prêtent à Israël de détruire les mosquées, mais il vient de l’utilisation que ces fanatiques, largement soutenus par ces mêmes institutions officielles, font des mosquées.

Et ce n’est pas la première fois que les terroristes musulmans utilisent des mosquées pour  entreposer des armes, pour tirer des roquettes, comme le fait par exemple le Hamas à Gaza, ou même les écoles dirigées par l’UNWRA, cette institution « pacifiste »  de l’ONU,  qui servent aussi de caches d’armes.

Ce n'est pas la première fois que les responsables religieux musulmans font état de'une atteinte à la sainteté du lieu pour fomenter des troubles. Il est vrai que faire entrer des armes n'est pas une atteinte à la sainteté d'une mosquée, laisser les gamins jouer au football sur l'esplanade du Temple n'est pas une atteintes à sa sainteté, et d'autres exemples pourraient être cités encore...

On comprend alors pourquoi le WAQF ne veut pas qu’on vienne mettre le nez dans ses affaires, même au prix d’une guerre sainte religieuse qui mettrait à feu et à sang le Moyen-Orient.

Le gouvernement israélien a fait le nécessaire pour faire baisser la tension en répondant positivement à la demande de démonter les portiques de sécurité et la réponse des palestiniens et du WAQF n’a surpris personne en Israël.  Les masques sont tombés et les portiques n’étaient qu’un prétexte pour allumer la mèche des émeutes anti-israéliennes. Le WAQF n’a pas levé l’appel  au boycott de la prière dans les mosquées du Mont du Temple.

Le monde a sa réponse, l'ONU a sa réponse, l'UNESCO a sa réponse et aussi, hélas, Israël a sa réponse.

Les masques sont tombés mais l'hypocrisie, le mensonge et le révisionnisme historique tiennent encore le haut du pavé. Et ce n'est pas près de s'arrêter...

 

 

 

 

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com