triplex21.jpgtriplex22.jpg

L’Iran en ligne de mire de la rencontre Poutine Netanyahou à Sotchi

Rencontre exceptionnelle au bord de la mer Noire, dans la station balnéaire de Sotchi, entre le Président russe et le premier ministre israélien, avec au menu, les derniers développements de la situation en Syrie et notamment la place prépondérante et de plus en plus envahissante de l’Iran et de ses différentes milices chiites qui tentent de s’installer définitivement dans ce pays, aux frontières d’Israël.

Rien n’a filtré et rien ne filtrera probablement de la rencontre en tête à tête qui s’est déroulée entre Benyamin Netanyahou et Vladimir Poutine et encore moins en ce qui concerne les informations top secret qu’a révélé le chef du Mossad, Yossi Cohen au président russe. Car il s’agit certainement de révélations très importantes qui surprendront même les russes et démontreront le double jeu évident de l’Iran face à leurs « alliés » de Moscou.

Seules des généralités ont été dévoilées aux médias, mais au-delà de l’intention évidente des iraniens de s’implanter de façon définitive en Syrie, il doit bien y avoir des preuves que les intentions iraniennes sont bien de vassaliser Assad ou son remplaçant au pouvoir pour avoir les mains libres en Syrie.

Et puisqu’ils en sont déjà d’installer des usines d’armements souterraines au Liban et en Syrie, les israéliens ont dû certainement apporter des preuves qui vont au-delà de ces informations. On peut imaginer que l’Iran a déjà ses plans pour installer des rampes de lancements de missiles enfouies sous terre, voire même ses usines de production d’armes chimiques et pourquoi pas des projets d’installations nucléaires.

C’est que l’Iran voit toujours plus loin que ses ennemis et pourrait se prémunir d’un éventuel bombardement de ses installations nucléaires et d’enrichissement de l’uranium en Iran. L’Iran aurait également pu déjà préparer une coopération avec la Corée du Nord également sur le territoire syrien.  On sait bien aujourd’hui que deux convois d’armes chimiques confectionnées par Pyongyang  ont été interceptés en Syrie.

Certes, ce ne sont que des suppositions, mais elles en valent bien d’autres et il faut s’attendre à tout quand on connait la détermination de l’Iran à accomplir ses objectifs, surtout lorsque l’on parle de l’éradication annoncée de l’Etat d’Israël…

Rien n’a filtré et rien ne filtrera probablement de la rencontre en tête à tête qui s’est déroulée entre Benyamin Netanyahou et Vladimir Poutine et encore moins en ce qui concerne les informations top secret qu’a révélé le chef du Mossad, Yossi Cohen au président russe. Car il s’agit certainement de révélations très importantes qui surprendront même les russes et démontreront le double jeu évident de l’Iran face à leurs « alliés » de Moscou.

Seules des généralités ont été dévoilées aux médias, mais au-delà de l’intention évidente des iraniens de s’implanter de façon définitive en Syrie, il doit bien y avoir des preuves que les intentions iraniennes sont bien de vassaliser Assad ou son remplaçant au pouvoir pour avoir les mains libres en Syrie.

Et puisqu’ils en sont déjà à installer des usines d’armements souterraines au Liban et en Syrie, les israéliens ont dû certainement apporter des preuves qui vont au-delà de ces informations. On peut imaginer que l’Iran a déjà ses plans pour installer des rampes de lancements de missiles enfouies sous terre, voire même ses usines de production d’armes chimiques et pourquoi pas des projets d’installations nucléaires.

C’est que l’Iran voit toujours plus loin que ses ennemis et pourrait se prémunir d’un éventuel bombardement de ses installations nucléaires et d’enrichissement de l’uranium en Iran. L’Iran aurait également pu déjà préparer une coopération avec la Corée du Nord également sur le territoire syrien.  On sait bien aujourd’hui que deux convois d’armes chimiques confectionnées par Pyongyang  ont été interceptés en Syrie.

Certes, ce ne sont que des suppositions, mais elles en valent bien d’autres et il faut s’attendre à tout quand on connait la détermination de l’Iran à accomplir ses objectifs, surtout lorsque l’on parle de l’éradication annoncée de l’Etat d’Israël…

Devant la presse, Benyamin Netanyahou s’est montré très ferme et déterminé en indiquant avoir transmis le message suivant à Poutine : « Nous agirons si nécessaire, selon nos lignes rouges », tout en rappelant que l’Iran contrôlait déjà le Liban, avait une influence prépondérante en Irak et au Yémen et que ce pays devenait maintenant une menace pour le Moyen-Orient, avant de l’être certainement pour le monde entier.

Avec les informations transmises à Poutine, Netanyahou, et avec lui d’autres ministres israéliens, ont affirmé qu’ils barreraient la route à l’Iran même au prix d’une guerre.

Sur le même thème, voir les articles:

http://www.israel-francophone.com/index.php/israel/6267-le-moment-est-il-venu-de-stopper-l-iran-en-syrie-et-au-liban

 

http://www.israel-francophone.com/index.php/international/6185-a-qui-profitera-la-defaite-et-la-fin-de-daesh

 

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com