triplex21.jpgtriplex22.jpg

Confusion sur la vente de sous-marins allemands à Israël

Des informations contradictoires ont été diffusées en Allemagne et en Israël concernant la vente de trois sous-marins de type « Dolphin » par l’Allemagne à Israël. Pour l’Allemagne les négociations entre les deux pays auraient repris, alors qu’en Israël on indiquait que l’Allemagne venait d’entériner la signature du contrat avec une clause suspensive liée à l’enquête pour corruption ouverte en Israël concernant cette vente.

Signé, pas signé ? C’est la question que l’on peut se poser après une fin de semaine marquée par des informations contradictoires. La seule certitude, c’est que les contacts ont repris entre les deux pays au sujet de ce contrat.

La seconde certitude se trouve dans le fait que l’Allemagne a imposé une clause d’annulation du contrat pour le cas où l’enquête ouverte pour corruption en Israël  concernant cette vente débouchait sur des inculpations.

La signature de l’accord qui était prévue depuis plusieurs mois avait été reportée en raison de l’ouverture de l’enquête. L’Allemagne voudrait être sûre que les responsables israéliens de la sécurité et les responsables locaux de la société ThyssenKrupp ne sont pas impliqués dans cette enquête.

Israël possède déjà cinq sous-marins de ce type en service dans la Marine. Le sixième doit être livré dans les prochains mois. Le contrat de vente en questions porte sur trois sous-marins livrables dans une dizaine d’années, bien plus performants que ceux déjà en service. Ils remplaceront progressivement les plus anciens sous-marins actuellement en service.

Ils auront la capacité, comme les trois derniers sous-marins de la même classe en service actuellement dans la marine israélienne, de tirer des missiles équipés d’ogives nucléaires.

Le Dolphin est aussi très utilisé pour des missions d’espionnage de de renseignements au large des côtes iraniennes.

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com