triplex21.jpgtriplex22.jpg

Donald Trump proclame « Jérusalem capitale de l’Etat d’Israël »

C’est un jour historique qu’a vécu l’Etat d’Israël, lorsque Donald Trump, Président des Etats-Unis a déclaré, dans un discours prononcé depuis la Maison Blanche et suivi dans le monde entier, que la ville de Jérusalem était bien, selon lui, la capitale de l’Etat d’Israël. Ainsi, un pays, et non des moindres, reconnaît enfin ce qui devrait être une évidence pour le monde entier : Jérusalem est bien la capitale de l’Etat d’Israël !

Le Président américain a justifié sa décision en indiquant qu’il s’agissait d’une promesse de campagne qu’il entendait bien mettre en oeuvre, comme pour d’autres décisions prises depuis son arrivée au pouvoir afin de tenir toutes ses promesses électorales.

Mais lorsqu’on lit avec attention son discours, on s’aperçoit qu’il va beaucoup plus loin qu’une simple promesse tenue.

Les deux premières phrases de son discours sont pourtant essentielles à la compréhension de sa décision : « Nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes en faisant toujours la même erreur de considération, et en répétant la même erreur stratégique. Chaque challenge demande une approche nouvelle.

Mon annonce d’aujourd’hui marque le commencement d’une nouvelle approche dans le conflit qui oppose Israël aux palestiniens ».

Et pourtant, le monde entier s’arc-boutant sur des principes et des idées reçues considérés comme une vérité incontournable, s’indigne avant même d’avoir entendu le Président des Etats-Unis.

Puis, Trump explique que depuis 1995, les Etats-Unis, par l’intermédiaire du Congrès américain qui a demandé que les Etats-Unis reconnaissent Jérusalem comme capitale d’Israël et que l’ambassade américaine y soit transférée, ont vu cette décision repoussée de six mois en six mois par le Président en place. Or, durant toute cette période, la situation n’a pas évolué au Moyen Orient et tout le monde se contente de ce statu quo et, en particulier les palestiniens, qui accumulent les acquis en dehors de toutes négociations et ont ainsi établi des faits accomplis qui ne reposent sur rien, voire pîre, qui s’appuient sur des mensonges facilement entérinés par le monde entier.

Après près d’un an d’exercice du pouvoir et de négociations incessantes avec les parties au conflit, Donald Trump s’est rendu compte que la situation était bloquée et que seul un électrochoc pouvait faire bouger les choses.

 

 

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com