triplex21.jpgtriplex22.jpg

Offensive diplomatique américano-israélienne à l’ONU contre le Hezbollah

L’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, est montée aux créneaux vendredi dernier en indiquant que la FINUL ne faisait pas correctement le travail pour lequel elle avait été créée, face au Hezbollah qui bafoue ouvertement la résolution 1701 de l’ONU, en pratiquant le trafic d’armes au sud-Liban et en réintroduisant dans cette région, terroristes et matériel de guerre…

 

 

Le mandat de la Force de paix des Nations-Unies au sud Liban (FINUL) vient à expiration à la fin du mois et les américains ne sont pas décidés à le renouveler automatiquement et sans modification de la mission assignée aux casques bleus.

En effet, la résolution 1701 de l’ONU, qui mettait fin à la seconde guerre du Liban, a été adoptée le 11 août 2006 à l’unanimité des membres du Conseil de Sécurité des Nations unies et acceptée les 12 et 13 août 2006 par les gouvernements libanais et israélien, en même temps que le Hezbollah appelait au cessez-le –feu.

Dans son contenu, la résolution acceptée par toutes les parties au conflit indique qu’il est conclu un cessez-le-feu, un retrait de Tsahal du  Liban-sud et un redéploiement de l’armée libanaise dans cette région, alors qu’aucune autre force militaire, y compris le Hezbollah ne doit se trouver au sud de la rivière Litani.

Or, le Hezbollah n’a jamais respecté cette résolution, a réorganisé ses forces dans la région et y a entreposé des milliers de roquettes et missiles dirigés vers Israël et prêts à l’emploi, sans que jamais les casques bleus de la Finul n’empêchent ce redéploiement de terroristes ou le transfert de leurs armes dans la région.

C’est ce rôle de la FINUL que le gouvernement américain voudrait voir mettre en application.

C’est-à-dire empêcher le stockage d’armes du Hezbollah et la présence des terroristes de ce même groupe au sud de la rivière Litani, au contraire des autres grandes puissances présentes au Conseil de Sécurité, qui préfèrent laisser faire le Hezbollah et maintenir une FINUL symbolique et inutile qui se contente de voir et de ne rien dire de peur de créer des incidents avec le groupe terroriste chiite.

Pour cela, Nikki Haley, comme à son habitude, n’a pas mâché ses mots : « La FINUL ne fait pas son travail et ne s’oppose pas à l’arrivée  massive d’armes en provenance d’Iran et à destination du Hezbollah. Ce n’est pas une façon de prévenir la guerre, mais c’est une façon d’en donner les moyens de la préparer. La FINUL est supposée pour le moins, de dénoncer ces pratiques, si elle ne peut les empêcher ».

Puis elle s’en est prise au commandant de la FINUL, le général Michaël Beary en indiquant « qu’il semblait être aveugle ou du moins être la seule personne dans le sud-Liban à ne pas voir les trafics d’armes ».

De son côté, Danny Danon, l’ambassadeur israélien aux Nations unies, a demandé le lendemain au Conseil de Sécurité de se saisir de la question de «  l’accumulation d’armes du Hezbollah, groupe terroriste, au sud-Liban », en soutien aux déclarations faites par sa collègue américaine de l’ONU ».

Et de poursuivre en demandant au Conseil de Sécurité « d’adopter un mandat plus robuste pour la FINUL, afin qu’elle puisse gérer les graves menaces sécuritaires posées par le Hezbollah ». 

Tout ceci se déroule avant et pendant la première visite officielle en Israël du nouveau Secrétaire Général des Nations unies, Antonio Guterres. Au cours des trois jours qu’il passera dans la région, il rencontrera les dirigeants israéliens et palestiniens de Cisjordanie et même de Gaza.

Le premier objectif du Secrétaire général de l’ONU sera, comme l’a indiqué son porte-parole, « de s’engager directement auprès des populations israélienne et palestinienne, ainsi que de leurs dirigeants, pour trouver une solution pacifique au conflit ».

Mais, au moins en Israël, deux autres sujets de discussion attendent Antonio Guterres, comme l’a indiqué la vice-ministre des Affaires Etrangères Tsipi Hotovely : comment mettre un terme à la « partialité anti-israélienne »  de l’ONU et comment modifier le mandat de la mission de maintien de la paix au Liban, autrement dit comment rendre plus efficace la FINUL face au Hezbollah…

 

Joomla templates by a4joomla | piqpaq.com